Identifiant mot de passe
photo5sens



Alimentation de l' Etalon

Considérant l’étalon comme le premier élément du processus d’élevage, il est important qu’il soit en bonne santé avec un régime alimentaire lui permettant de subvenir aux activités de saillie qu’on attend de lui. Les besoins en nutriments vont changer durant la saison de monte, et les besoins d’un étalon sur cette période peuvent être comparés à ceux d’un cheval de compétition de haut niveau. Il est admis que durant une saison de monte normale, les besoins en énergie et nutriments de l’étalon peuvent augmenter jusqu’à 25% par rapport à ses besoins habituels.

Tout d’abord, s’assurer que l’étalon a un poids correct et est en état est essentiel. L’évaluation de l’état (sur une échelle de 1 à 10, allant de très fin à obèse) est une bonne façon de juger du poids de l’étalon (Demandez à votre vétérinaire de l’aide pour évaluer l’état si vous avez des doutes sur les critères à prendre en compte). Un étalon d’un poids insuffisant dont l’évaluation d’état est inférieure à 3 pourrait voir ses performances limitées par un manque de ressources énergétiques. Cela peut non seulement conduire à une piètre performance mais peut aussi affecter la quantité et la qualité de la semence produite. De la même manière, un étalon en surpoids dont l’évaluation de l’état est supérieure à 7 peut aussi voir sa fertilité compromise. Certains propriétaires d’étalons pensent qu’il est plus acceptable d’avoir un cheval en surpoids qu’un cheval manquant d’état, probablement en raison d’une notion subjective qui conduit à penser que la masse et la taille déterminent la qualité de la semence et le succès de la reproduction. En fait, il y a plus de chances de rencontrer des problèmes avec un étalon en surpoids qu’avec un étalon en insuffisance pondérale. La forme physique et l’endurance requises par un étalon devant saillir plusieurs juments durant la saison exige de grandes quantités de ressources pouvant être fournies par l’alimentation. En revanche, la surcharge pondérale peut contribuer au risque de problèmes cardiaques, arthrose et fourbure, sans oublier une baisse de libido.

Idéalement l’étalon devrait se maintenir dans un état évalué entre 5 et 6 durant l’année, mais peut bien entendu être susceptible de perdre de l’état durant la saison de monte en raison de la dépense d’énergie. Il faut adapter constamment la ration en fonction de son état.

Habituellement, l’approche classique pour augmenter la teneur énergétique de son régime alimentaire consiste en l’ajout d’amidons et de sucres comme du grain et de la mélasse. Cependant, le cheval a évolué pour ingérer et digérer principalement de la fibre, et tous les aspects de son système digestif vont dans le sens de ce principe. L’addition d’aliments contenant des taux d’amidon et de sucre élevés peut augmenter le risque de certains problèmes tels que des ulcères gastriques, obésité, résistance à l’insuline et fourbure, ainsi que faire chauffer le cheval à des niveaux au-delà de l’acceptable.

Il existe des méthodes alternatives pour apporter à l’étalon l’énergie dont il a besoin, sans augmenter les niveaux d’amidon et de sucre – la fibre est acceptée comme étant un facteur essentiel dans le régime alimentaire. Du fourrage de haute qualité additionné d’huile végétale comme l’huile de lin présente de nombreux avantages pour la santé, notamment de fournir des acides aminés essentiels que le corps n’est pas en mesure de synthétiser par lui-même, ainsi qu’une forme d’énergie à libération lente qui ne provoque pas les problèmes liés à l’amidon et au sucre. Eliminer les aliments problématiques et se concentrer sur un plan nutritionnel simple mais efficace en adéquation avec la charge de travail aidera énormément les étalons à fournir une excellente performance durant la saison de monte.

© Département nutritionnel The Pure Feed Company
https://www.facebook.com/purefeedfrance?fref=ts