Identifiant mot de passe
photo5sens



Alimentation de la poulinière

Les besoins de la jument sont similaires à ceux de l’étalon, sauf qu’elle aura différents besoins en termes de nutriments et d’énergie à différents moments de l’année. Contrairement à l’étalon dont les besoins sont divisés en deux stades (entretien et monte), la jument en a trois : entretien, gestation et post-natal. Ces stades nécessitent de petits ajustements sur son programme nutritionnel. Gardez à l’esprit qu’une grande partie de la santé générale est imputable à l’alimentation, et si elle ne reçoit pas les nutriments corrects, elle pourrait ne pas être en mesure de fournir la meilleure nutrition à son fœtus et/ou son poulain.

Le premier aspect à vérifier est de mettre la poulinière en bonne condition avant la monte. Idéalement, il faut qu’elle soit en bon état et en bonne santé si elle est vide, et si elle est suitée, elle doit s’être complètement remise de la mise bas et pouvoir nourrir son poulain sans problème.

Le corps de la jument sera sujet à beaucoup de stress arrivé aux derniers stades de la gestation, donc le travail initial pour s’assurer que la jument est en bonne santé et a une alimentation adaptée est primordial.

L’un des meilleurs moyens de s’assurer que la jument est en bonne forme physique est de faire une estimation juste de la jument sur l’échelle de 1 à 10 pour évaluer son état. Un score entre 5 et 6 est parfait

Il est généralement admis que pour essayer d’augmenter la chance de conception la jument devrait voir ses apports nutritionnels accrus. Cela implique que la jument doit être nourrie avec une alimentation un peu plus riche dans les 2 à 3 semaines précédant la conception pour recréer les conditions de la poussée d’herbe printanière.

Durant les 8 premiers mois de la gestation de la jument non suitée, les besoins nutritionnels ne variant pas beaucoup comparé aux rations d’entretien habituelles, car l’objectif est de la maintenir en bonne forme physique. Très peu de nutriments additionnels sont nécessaires. Dans l’idéal les juments devraient recevoir jusqu’au 9eme mois de gestation environ 10% de protéines et les vitamines et minéraux qui sont habituellement nécessaires à son entretien. Cependant, si ces nutriments sont insuffisants dans la ration (plus particulièrement les protéines et la vitamine A), ou mal équilibrés, cela peut contribuer à des problèmes de perte d’embryon.

A partir de 8 mois de gestation, la croissance du foetus est rapide et environ 60 à 65% du poids foetal se développe dans les 90 derniers jours de la gestation. C’est à ce moment là que les besoins en énergie, calcium et protéines augmentent. Il est recommandé de complémenter en protéines, et une ration contenant environ 15% de protéine devrait être fournie durant cette période. Il est essentiel de répondre aux besoins en nutriments durant le dernier trimestre de gestation au profit de la poulinière et du poulain à naître. Le non respect de ces principes peut affecter la lactation et le poulain peut être d’un poids trop faible à la naissance. Il vaut mieux éviter un taux d’amidon trop élevé dans la ration de la poulinière en gestation, car il a été constaté que cela contribue à affaiblir la structure osseuse du poulain à naître.

La poulinière peut produire jusqu’à 3% de son poids en lait, qui est riche en énergie. Cela peut varier d’une jument à l’autre en fonction de ses capacités naturelles à produire du lait, et est influencé par les apports énergétiques de la nourriture, et de la quantité d’eau à disposition. Le besoin d’apport en nourriture augmente du stade initial de la production de colostrum jusqu’à la fin des 3 premiers mois de lactation. Les besoins en protéines sont également plus élevés sur cette période. Les autres nutriments qui sont importants durant la lactation sont le phosphore et le calcium, une carence pouvant conduire à une production de lait insuffisante.

© Département nutritionnel The Pure Feed Company
www.facebook.com/purefeedfrance?fref=ts